Google Translate

Notre philosophie

"Notre Institut est bien mieux et bien plus qu'une somme de qualités : une véritable école en internat où l’on forme, où l’on instruit, où l’on éduque." - Jean Patier, fondateur, 10ème anniversaire de l'école.

“Educate, mind, body and spirit!”

Jeune principal de collège en 1963, Jean Patier, fondateur de l’Institut et Internat Privé Bois-Robert, s’était “frotté” aux institutions anglo-celtes dans ce qu’elles avaient d’excellent, les célèbres “Public-schools”. Se référant à Thomas Arnolds, fameux réformateur au XVIIIe siècle de ces établissements, il se prit à espérer ouvrir une école dont l’esprit répondrait aux mêmes vœux.

Signe distinctif

Au dixième anniversaire de la fondation de l’école privée Bois-Robert, il s’exprimait ainsi devant une nombreuse assemblée de parents et d’autorités académiques et politiques :

“Nous retiendrons comme signe distinctif de notre institut cette première qualité qui fait que nous pouvons mériter ce beau nom d’école libre : libre d’enseigner le Vrai, de pratiquer le Bien, de disposer à la Sagesse, libre de se donner ces règles d’or qui sont premièrement l’acquisition harmonieuse et équilibrée du savoir et secondement l’art de considérer la tâche éducatrice comme un tout comportant l’éducation de l’esprit, du corps, du cœur et du courage.”

Liberté

Cette liberté est d’abord celle des parents, dans le choix de l’école de leurs enfants, et celle de ces derniers qui corroborant l’élection de leurs parents, acceptent les principes éducatifs de l’Institut et s’engagent à les respecter. Elle est ensuite celle des professeurs qui privilégient l’esprit et les méthodes de l’école dans laquelle ils choisissent de s’investir. Elle est enfin celle du directeur, Benoît Patier, qui préside au fonctionnement de l’institut, dans les termes d’un contrat moral établi avec les parents, les élèves et les professeurs.

Équilibre

Ces derniers, dévoués à leurs tâches, attentifs à chaque enfant et fidèles à la ligne pédagogique qui forme la base du contrat tripartite qui lie l’Établissement, l’enfant et sa famille, savent concilier les données traditionnelles et les recettes éprouvées avec les méthodes modernes et les moyens nouveaux de la pédagogie. Cet équilibre est également précieux. Il est à la base du succès de l’établissement.

Laïcité

Ici, nous sommes loin de l’anarchie pédagogique, de l’expérimentation continue sur des enfants-cobayes, du laisser-aller éducatif, voire dans les pires des cas, du délire oniro-pédagogique qui marquent certains établissements publics ou privés, confessionnels ou non, depuis une décennie.

Sur ce plan, l’Internat de France Bois-Robert a su également retrouver les chemins de la vraie laïcité, celle qui privilégie la liberté et la responsabilité individuelles, celle qui repose sur la tolérance, l’ouverture et la compréhension des autres, celle qui laisse à chaque conscience le soin de déterminer sa foi et de manifester sa charité, celle qui respecte l’enfant et qui ne traite pas la famille en ennemie.

En 2018, l’Institut Bois Robert a fêté ses 50 ans et a renouvelé son engagement éducatif.
Benoît Patier, nouveau directeur a décidé de renouer avec l’uniforme et d’encourager encore davantage  la dimension internationale de Bois Robert.

Une véritable école

À une époque où les enseignements, les enseignants, les collèges, les lycées, les écoles et les facultés font l’objet de critiques généralisées bien que parfaitement divergentes quant au fond, quels sont les facteurs d’une telle pérennité ? Le charme des lieux, les conditions matérielles de l’hébergement, l’intelligente mais réelle discipline qui règnent à Bois-Robert n’y sont pas étrangers. Ce sont des qualités rares, donc appréciées.
À elles seules, elles ne suffiraient à en faire qu’une excellente pension. Or l’Institut est bien mieux et bien plus : une véritable école en internat où l’on forme, où l’on instruit, où l’on éduque.

“Attachez donc votre char à une étoile…”

“Attachez donc votre char à une étoile comme celle figurée sur votre écusson et que votre vie soit pleine de la passion dévorante de cette cité étoile dont Guillaume Budé disait qu’elle est suspendue sous le ciel et au-dessus des turpitudes du monde”.

Jean Patier

“Mon fils Benjamin vient d’achever sa scolarité chez vous. Je tiens à vous remercier pour ce que ces trois années lui ont apporté : il était à la dérive et la qualité de l’encadrement qu’il a eu lui a permis de se restructurer et de redevenir lui-même. Il nous a dit le plus grand bien de ses enseignants. Il est maintenant inscrit dans une école de commerce. J’espère qu’il gardera un peu de la rigueur et de la discipline que votre établissement lui ont inculqués.”

– Parent d’élève – Année 2008-2009